Jean-Michel Boron, dénicheur de crus

By 4 août 2014Non classé

Pour la dernière dégustation de la saison les Avinturiers ont eu l’occasion de rencontrer Jean-Michel Boron, le fondateur de Vie D’Oc, au cours d’une soirée d’été idyllique organisée par Philippe, un des membres du club de dégustation. Jean-Michel Boron se nomme comme étant un « dénicheur de crus », pour preuve beaucoup de vins et de domaines dégustés ce soir-là n’étaient visiblement pas très connus des amateurs. Suivez-moi pour revivre ce voyage passionnant en Languedoc…

 

Cette dernière dégustation des Avinturiers de la saison 2013-2014 nous emmène au coeur du Languedoc-Roussillon qui est la plus grande région viticole du monde ! Jean-Michel Boron s’est épris il y a plusieurs années pour ce vignoble aux nuances multiples et à l’ensoleillement exceptionnel. Sous l’impulsion de Philippe Demeusy, un des membres actifs des Avinturiers, ce « dénicheur de crus » s’est déplacé au Golf de Rougemont-le-Château pour nous présenter une belle série des vins de sa large gamme de crus languedociens. Dans ce cadre idyllique et alors que le soleil se couche à l’ombre des collines vosgiennes, nous introduisons la dégustation pour une petite présentation de Jean-Michel Boron et de son commerce de vin, Vie d’Oc.

Vie D'Oc

Originaire de Champagne Jean-Michel Boron a travaillé des années pour un réseau de cavistes avant de tomber amoureux de cette région fascinante qu’est le Languedoc. Il fait référence aux 3 caractéristiques spécifiques à cette région viticole : tout d’abord il n’est pas sans rappeler qu’il s’agit de la première région de production de vin au monde en déclinant près de 25 AOC et plus d’une cinquantaine de cépages. Ensuite c’est une terre de jeunes talents qui est encore très accessible à tout ceux qui veulent se lancer dans la producton de vins : alors qu’1 ha de vignoble frise avec le million d’euros en Champagne, il est bien souvent 10 fois moins cher en Languedoc. Enfin l’ensoleillement exceptionnel de cette région procure des conditions météorologiques uniques : les aléas climatiques qui touchent les vignobles plus méridionaux épargnent bien souvent du Languedoc.

4 ans après sa création, Vie d’Oc met en avant 45 vignerons et recense près de 350 références. Cette soirée nous permettra de découvrir 2 vins blancs, 1 vin rosé et 8 vins rouges. Tout d’abord le Picpoul de Pinet 2013 de la Croix Gratiot me fait pencher pour un Sauvignon tant il dévoile des arômes végétaux imprégnés de fruit blanc. La bouche nous emporte sous des latitudes sudistes grâce à un joli gras mais le toucher de bouche se montre sans excès et porté par une acidité rafraîchissante. Le melon, la banane et la poire nous mettent en appétit. D’un autre côté le Vin de Pays d’Oc Bourboulenc « Les Pierres Sèches » 2013 de Christophe Barbier se montre peu expressif et c’est bien dommage ! L’anis et des notes végétales se distinguent, malheureusement le terroir qui puise sa force de se anciens marés salans se veut très timide ce soir-là… On reste sur notre faim : la bouche n’est pas idéalement structurée, la finale légèrement amère.

Le Vin de Pays des Côtes de Thongue « Plaisirs Interdits » rosé 2013 du Domaine Montplézy. J’étais entre autres à la recherche d’un nouveau coup de coeur rosé pour l’été, je fus donc très attentif à la performance de cet assemblage de Grenache, Carignan, Cinsault et Syrah. Le bonbon rose, la friandise du fruit rouge (framboise, fraise) nous appelle à la dégustation. Aromatique au nez, il l’est aussi au palais. Bon, souple et facile à boire, il se sifflera sans peine sous les soleils estivaux. Sa longueur est respectable et fraîche malgré une légère pointe d’alcool. A moins de 7€ c’est un bel effort !

Le soleil se couche tout doucement et toute l’équipe des Avinturiers se délecte des plaisirs cachés que Jean-Marc Boron nous propose : nous poursuivons avec les vins rouges et le Vin de Pays d’Oc « Chasseur des Brousses » 2012 du Mas des Brousses. Ce 100% Merlot est flatteur, il offre un plaisir friand et immédiat (baies Rouges, cassis, rafle). La bouche est encor un peu stricte mais l’équilibre est là, les tannins sont frais et supporte une belle matière. La finale est élégante. Très joli vin au plaisir immédiat ! Le Coteaux de Languedoc « Au Bonheur des Dames » 2013 du Domaine de l’Ancienne Mercerie provient de vignes proches du vignoble de Faugères mais étonnament argileux pour ces contrées à dominante schisteuse. Assemblage de Grenache et de Mourvèdre issus de rendements faibles (25hL/ha) il propose une belle robe grenat avant de mettre en avant des notes d cerise pulpeuse aux nuances animales, de cuir profondes. Un peu brutal en attaque, il s’assouplit au palais pour offrir une texture fine et soyeuse. Malgré tout le fond du vin est droit et subjugue par son caractère bien trempé. La finale est longue et complexe, aux nombreuses nuances fumées et épicées. Un très joli vin à un prix défiantla concurrence !

Domaine du Grand CrèsUn autre coup de coeur de cette soirée est la Cuvée Classique 2010 du Domaine du Grand Crès, Corbières. Certes ce vin est issu d’un superbe millésime déjà à maturité, mais il a bénéficié des soins de Laurent Leferrer, ancien régisseur du Domaine de la Romanée Conti, excusez du peu ! Grenache, Syrah et Cinsualt composent ce vin aux accents de cassis, de fruit noir aux accents d’hydrocarbure et de boisé vanillé. C’est en bouche que la magie opère grâce à un équilibre remarquable et une texture veloutée. La mine de crayon, les épices et la cerise noire réapparaissent en finale. A 8.50€ je vous parle d’une très bonne affaire ! Un autre Corbières lui emboîte le pas à savoir le Corbières Boutenac « Bella Dama » 2012 de Sainte Lucie d’Aussou. La confiture de mûre est encore enrobée de touches boisées et d’épices mais son élégance est remarquable. Bella Dama respire la pureté et la finesse en attaque de bouche : une infusion de fruit rouge est soutenue par des relans fumés avant de gagner en puissance et en classe en deuxième partie de bouche. Les tannins sont élégants, les petits fruits rouges et le chocolat accentuent cette sensation de gourmandise en finale.

Minervois Ornicar J.B. SénatLes coups de coeur s’enchaînent et justifient tout le travail de sélection de Jean-Marc : le ciel s’assombrit mais pas notre plaisir en pariculier en compagnie de ce Minervois nature au nom loufoque : Mais Où Est Donc Ornicar 2013 du Domaine Jean-Baptiste Sénat. Ce diplomé en Histoire et en Sciences Politiques, amoureux de Braudel et des philosophes grecs s’est tourné vers la viticulture en 1995 après avoir plaqué sa vie parisienne. Il se nomme volontiers comme « un imposteur qui cherche la vérité du terroir ». Avec ce vin, assemblage de Grenache (50%), Mourvèdre (40%) et Cinsault (10%), il offre un plaisir souple, tout en raffinement et en originalité. Le fruit mûr du nez est très abouti et bien moins raccoleur que la plupart des vins de cette soirée. Il insuffle un vent différent à la dégustation : celle de la finesse du fruit et une sensation aérienne unique qui est portée par des tanins d’un grand raffinement. On en redemande !!

Nous terminons cette dégustation par les gros bras, à commencer le Pic Saint-Loup Vieilles Vignes 2012 du Château de Lancyre. Comprenez des vieux ceps de Syrah de plus de 50 ans. Après le vin précédent nous retrouvons un fruité mûr enrobé par un boisé d’une grande élégance dans lequel se mêlent épices et fruits noirs. La bouche se distingue par sa profondeur et son fruité relevé d’une touche rafrâichissante de menthol. Linéaire, encore marqué par le bois à ce stade de son évolution, il libère en finale une belle touche réglissée qui est annonciatrice de son potentiel aromatique. Pour finir je croise un vin que je connais depuis bien longtemps et dont j’ai certainement déjà vanté la qualité sur ce blog : la Cuvée N°3 2012 de la Cave de Castelmaure, Corbières. Je me rappelle de ce superbe vin que j’avais découvert sur le millésime 2000 il y a bien longtemps et qui m’avais bluffé, tant par sa qualité pour un vin d’une cave coopérative que par la beauté de ses étiquettes sans cesse renouvelées. Une fois de plus sur ce millésime il offre un nez d’une grande complexité aromatique : le carvi, le cigare, le sureau puis les fruits noirs. La bouche soyeuse et bien enrobée offre un très bel équilibre entre puissance et finesse : la mûre est agrémentée de chocolat et de crème de cassis avant de finir longuement et élégamment. Un vin sans fausse note et fidèle à son style. Bravo !

 

Cette dernière série fait couronner le travail de sélection fait par Jean-Michel Boron à l’occasion de cette soirée de choix au Golf de Rougemont. Je ne peux que vous recommender de vous fier à ce dénicheur de vins discret, méticuleux et plein de surprises. Rendez-vous sur son site Internet www.vie-d-oc.fr pour retrouver plus de 350 références sélectionnées parmi les meilleurs vignerons du Languedoc et du Roussillon…

Merci Jean-Marc, merci Philippe pour l’organisation impeccable de cette dégustation en compagnie de Patrick Feuvrier, gérant du restaurant du golf, et bonnes vacances à tous !

In vino veritas