Saint-Chinian et Pomerol

By 12 novembre 2009Non classé

D’emblée vous vous demandez quel pourrait être le rapport entre les deux appellations. En fait il s’agit d’un compte-rendu de deux dégustations différentes ayant eu lieu le même jour, l’une de 20 Saint-Chinian au cours de laquelle j’ai eu un coup de coeur pour les vins du Domaine Pin des Marguerites, l’autre des vins du Château Gombaude-Guillot à Pomerol faite en soirée en compagnie de la gardienne des clés du château en la personne de Mme Claire Laval.


J’adore toujours quitter le travail le vendredi midi pour aller déguster et découvrir de nouvelles appellations. Ce fut le cas il y a quelques temps en compagnie de plusieurs collègues dégustateurs chez mon ami Fabrice. Vers 12h30, nous nous mettons au travail et ouvrons les quelques vingt flacons mystères d’une seule et même appellation Saint-Chinian, l’un des fleurons du Languedoc. L’ambiance est détendue mais sérieuse telle un comité de sélection… La belle Margot nous a sélectionné les vins par ordre de prix dont la majorité (12 pour être précis) ne dépasse pas les 6.00€ en PVC. Nous décidons de déguster les vins par trio. je ne vais pas passer en revue tous les vins dégustés mais vous donner la liste des domaines présentés parmi lesquels La Grange Léon, Moulin de Ciffre, Domaine La Linquière, Le Cazal Viel, Domaine des Terres Farmet et Henri & Laurent Miquel, en plus des deux domaines unanimement loués par toute l’équipe.

Au cours de cette exercice en effet, nous avons pu déguster deux styles distincts mais tout aussi réussi même si personnellement je fus vraiment séduit par le Domaine Pin des Marguerites tenu par Richard Carpena qui n’en est qu’à ses débuts sur le terroir schisteux de Berlou puisque son premier millésime fut 2005 ! Mais quelle ascension est en train de faire ce vigneron fidèle à la culture raisonnée ! En témoignent les trois vins de ce domaine qui ont fait très bonne figure au milieu des 20 vins proposés à l’aveugle, surtout les deux entrées de gamme… Le Saint-Chinian Berlou « Cuvée Horizon » 2006, Domaine Pin des Marguerites exhale une palette d’arômes complexe de fruits noirs et de garrigue avec une évolution sur les petits fruits rouges (baies rouges). Belle profondeur pour un vin de ce pedigree, c’est-à-dire environ 8€. Vif et sanguin en bouche, il se démarque de par son caractère complexe (fruits noirs, réglisse) et une finale longue et vive.
Le Saint-Chinian Berlou « Cuvée Tradition » 2007, Domaine Pin des Marguerites est encore plus réussi et associe à une note de fruit noir une touche toastée et de caramel, tout en gardant une caractère frais et minéral. Friand, vif, frais, juvénile en bouche, il se distingue par une belle trame acide qui annonce un potentiel de dévelopement plus important ainsi qu’une finale moyennement longue. C’est vraiment très réussi !
Je dirais presque que la grande cuvée, le Saint-Chinian Berlou « Pétale Pourpre » 2006, Domaine Pin des Marguerites est le moins plaisant sur cette dégustation. Il se caractérise par une grande puissance et une profondeur remarquables de prime abord, mais il requiert tout de même une certaine garde supplémentaire. C’est en bouche qu’il dévoile une belle élégance, une rondeur et une excellente fraîcheur qui le mèneront loin. Il passe beaucoup mieux avec le repas après une heure d’ouverture et d’oxygénation. Dans tous les cas, les vins de ce domaine sont tous excellents ce qui témoigne de toute la passion et de tout le travail de sélection et de vinification réalisé par Richard Carpena. Je n’hésiterai pas trop en voyant ces bouteilles aux très belles étiquettes colorées de marguerites. Un beau souvenir pour tout le comité !

Il convient aussi de mentionner les vins du Domaine du Sacré-Coeur qui nous ont aussi bien plu. Personnellement je les trouve plus animaux, plus bruts mais je dois avouer qu’il savent garder une certaine civilité ! Pour preuve, le Saint-Chinian « Cuvée Charlotte » 2006, Domaine du Sacré-Coeur dévoile des notes plus secondaires, plus animales avec une orientation sur les herbes séchées et le saucisson sec. Composé presque essentiellement de vieilles vignes de Carignan (98%), il se distingue par son caractère rond, gourmand avec une orientation sur les fruits rouges mûrs, une pointe de bois et de café puis se prolonge dans uen finale longue et corsée. Le Saint-Chinian « Cuvée Jean Madoré » 2005, Domaine du Sacré-Coeur est issu d’un assemblage plus classique de Syrah, Grenache, vieux Carignan et Mourvèdre. Il est tout aussi animal, sur les fruits cuits avec des évolutions sur le foin et la noix. Puissant en bouche, il n’en est pas moins sapide et frais et se prolonge dans une finale minérale. A déguster sur plusieurs années…
Pour finir, laissez-moi donner une mention spéciale pour une cuvée plus prestigieuse à savoir le Saint-Chinian « La Sentinelle » 2006, Domaine de la Linquière. Car ce vin est un véritable parfum complexe (cendre, fruit rouge confit, bettrave). Jeune, élégant mais puissant à la fois, il offre une belle évolution sur les fruits confiturés. Il est à son optimum avec 5 secondes de clé à vin, plus harmonieux, rond et intégré. Bref, du velours ! Cette cuvée reste chère pour un Saint-Chinian (18€), mais à côté du jus de planche qu’est le Saint-Chinian « Larmes des Fées » 2006 de Henri & Laurent Miquel à 32€, il fait figure d’affaire !