Dégustation au Domaine Fougeray de Beauclair

By 28 avril 2009Non classé

Au lendemain de notre soirée de gala au Château du Clos de Vougeot, notre marathon de dégustation se poursuit au matin avec une visite au Domaine Fougeray de Beauclair à Marsannay-la-Côte. En point d’orgue de cette dégusation Bonnes-Mares Grand Cru, Domaine Fougeray de Beauclair 1999 et 2007. A signaler aussi deux autres vins magnifiques : Marsannay Champ-Perdrix 2005, Domaine Huguenot ; Chassagne-Montrachet 1er Cru Morgeot 1996, Fernand & Laurent Pillot décrits en fin de commentaire.


Le Domaine Fougeray de Beauclair est basé au coeur du petit village de Marsannay-la-Côte, à juste 5 minutes de l’hôtel où nous avons passé la nuit. Alors que les yeux ont du mal à s’ouvrir et les estomacs du mal à se remplir, nous partons trouver le domaine vers 10h30. Notre cortège de voitures a du mal à se faufiler dans les ruelles du village dont la réputation est bien plus large que la chaussée. En plus, nous apprenons à notre arrivée 44 rue de Mazy que le nombre de visiteurs est trop grand pour nous recevoir dans la salle de dégustation du domaine, c’est pourquoi nous embarquons à nouveau pour nous rendre au chai situé à quelques hectomètres de là.

Patrice Ollivier nous reçoit avec sa femme Laurence et ses enfants pour nous faire découvrir quelques uns de leurs trésors. La dégustation commence par une introduction nous expliquant le mode de travail et la philosophie du domaine : rendements limités (aux alentours de 35hL/ha en moyenne), cuves thermo-régulées sont les bases de la démarche qualitative du domaine, qui emploie peu de chêne neuf pour l’élevage.
Le domaine s’étend sur 21 ha et s’est agrandi progressivement depuis sa création au milieu des années 1970. Il possède la quasi-totalité du Grand Cru Bonnes-Mares sur la commune de Morey-Saint-Denis (seulement 0,6ha ont été cédés à son ami Bruno Clair), c’est-à-dire le coeur historique de ce grand cru avant qu’il ne soit étendu à la commune de Chambolle-Musigny. Les autres vins phares du domaine sont le Clos Marion, monopole de Fixin (récemment aussi décliné en vin blanc), une minuscule parcelle de Vosne-Romanée Les Damodes (seulement 900 bouteilles par an) et bien sûr plusieurs parcelles sur le village de Marsannay (vinifié en blanc, rouge et rosé).

Nous entamons la dégustation par le Marsannay blanc Pinot Beurot 2006, Domaine Fougeray de Beauclair. Un très beau début que ce vin blanc aux notes fraîches d’herbes, de fruit blanc (poire, pêche blanche). L’élevage est encore légèrement présent, en atteste cette touche de vanille douce, le tout évoluant vers le miel. Fine acidité, même si le tout finit légèrement amer. 1 à 2 ans de garde seront nécessaires à ce blanc pour qu’il révèle tout son potentiel. Une belle découverte et un rapport qualité/prix très correct.

Nous passons ensuite aux vins rouges, avec pour débuter le Savigny-lès-Beaune Les Golardes 2006, Domaine Fougeray de Beauclair. Issu d’un côteau orienté sud en entrée de combe, ce vin de robe rubis foncé très charmeur est issu de vignes de 30 ans. Il joue sur les petits fruits rouges, l’églantier, et se déploie en bouche avec pureté. Il manque peut-être un peu de volume et sa longueur reste moyenne. Le Marsannay Les Dessus des Longeroies 2005, Domaine Fougeray de Beauclair se distingue d’emblée par une plus grande maturité au nez, sur le fruit noir et la cerise au kirsch. En bouche, plus de concentration et de matière sont les signes du millésime exceptionnel qu’est 2005. L’acidité est marquée et les tannins présents montrent que ce vin doit vieillir. La finale longue est variétale. Passons ensuite au Fixin « Clos Marion » 2004, Monopole du Domaine Fougeray de Beauclair. Issu d’un vignoble planté en 1946, ce vin a bénéficié d’un élevage en fût de 18 mois. De couleur rouge profond, il dévoile d’emblée un grande complexité de fruit rouge, de cerise, avant qu’un ensemble profond, charmeur, intense ne s’ouvre en bouche pour notre plus grand plaisir. La finale est si veloutée, onctueuse qu’il faut que j’en achète quelques bouteilles ! Bravo, bien joué ! Enfin, nous terminons cette série par le Gevrey-Chambertin Les Seuvrées 1999, Domaine Fougeray de Beauclair. Plus évolué, sur des notes secondaires de champignon, de sous-bois et de moisi, il dévoile toute sa puissance et sa rondeur en bouche, avec des notes remarqaubles de métal et de minéral en finale. Belle longueur. Un vrai Gevrey dans la fleur de l’âge.

J’apprécie chaque vin de cette série si bien que je suis toujours le dernier à être servi. Nous finissons par le vin de la maison si je puis dire, puisqu’il s’agit du Grand Cru de Bonnes-Mares, ouvert pour l’occasion sur deux millésimes bien distincts. Servi en premier le Bonnes-Mares Grand Cru, Domaine Fougeray de Beauclair 2007 interpelle d’emblée par sa couleur grenat sombre aux reflets violacés. Même Patrice Ollivier nous dit être à chaque fois émerveillé par la couleur si singulière de ce Grand Cru. Le nez plus intense, plus concentré nous transporte dans l’univers des grands crus de Bourgogne. Cassis et autres fruits noirs, minéralité sont autant d’indicateurs de la pureté de ce vin. La bouche est féminine, charmeuse, avec des notes boisées témoins de l’élevage. Puis la réserve tannique de l’ensemble se distingue comme pour annoncer que ce vin plein défiera les âges sans difficulté aucune. La finale est longue et laisse une belle trace.
Le Bonnes-Mares Grand Cru, Domaine Fougeray de Beauclair 1999 arbore la même intensité de couleur avec un disque légèrement brunâtre témoignant de l’évolution qu’a pris ce Bonnes-Mares ; tout comme au nez avec certes toujours beaucoup de fruit noir et rouge, mais avec une note de cuir qui ne trompe pas. L’attaque est remarquable de finesse, le palais d’une superbe féminité. Légèrement sapide en arrière bouche, il supportera sans souci à un vieillissement supplémentaire de plusieurs années (décennies ?) La finale est pleine d’équilibre, avec une longueur et une profondeur que l’on attend d’un tel vin. Assurément un de mes tout meilleurs Bourgognes qu’il m’ait été donné de boire. Excellent !

Nous procédons comme il est de coutume à l’achat de plusieurs caisses (!) avant de saluer Mme et M. Ollivier de leur accueil chaleureux. Nous en avons même oublié de visiter la cave du domaine… Pour résumer, Fougeray de Beauclair est une adresse célèbre à Marsannay qu’il convient de conseiller à tous les amateurs de vins de terroir. Fidèles à leur provenance et au millésime, les vins faits par Patrice Ollivier ne trichent pas. Et c’est bien ce que l’on attend d’un grand vigneron.

Nous finissons notre escapade gourmande par un passage au restaurant le Clos du Roy à Chenôve. Lors de ce repas excellent, j’ai retenu ce Marsannay Champ-Perdrix 2005 du Domaine Huguenot exceptionnel. Le Marsannay Champ-Perdrix 2005 du Domaine Huguenot accompagnait sans aucune réserve le filet de boeuf montbélliard poché poêlé, tomates confites et sauce au vin rouge à l’échalote,, ainsi qu’un plateau de fromages relevés. Issu du millésime 2005, il retranscrit avec brio toute l’élégance du Pinot Noir : sa robe rubis intense cache une belle concentration sur la cerise confiturée. Le volume en bouche est impressionnant, la texture est onctueuse et l’équilibre absolument extra. Alors certes il ne joue forcément dans le registre de la complexité, mais cette élégance associée à tant de volume rend le tout extrêmement plaisant. Bravo ! Ce vin vient couronner un repas succulent, avec en point d’orgue un oeuf meurette à l’Aligoté et Ami du Chambertin, ainsi qu’un persillé de foie gras aux ecrevisses parfaitement exécutés. Un restaurant que je vous recommande…

Enfin, de retour à la maison, nous avons terminé notre week-end dédié aux vins de Bourgogne par un Chassagne-Montrachet 1er Cru Morgeot 1996 de Fernand & Laurent Pillot tout aussi génial. D’apparence rubis clair, il peut apparaître un peu frêle, mais c’est tout l’inverse qui se produit. Le nez est profond, sur des notes évoluées de cerise, d’épices, de terre et de cacao. Une maturité absolument imprévue pour un vin de 13 ans. Le tout se poursuit en bouche avec une intensité remarquable. L’équilibre est parfait tout comme la richesse de l’ensemble. Je ne m’attendais pas du tout à une telle prestation de la part de ce domaine, et je crois que vais vivement me pencher sur ces vins aux prix encore relativement accessibles… Ce Chassagne d’une grande maturité ainsi que ce Marsannay superbe rentrent à juste titre dans mes plus beaux vins de Bourgogne.

Quoi de plus beau que cette virée amicale en Bourgogne pour (re)découvrir cette belle région, certes hétérogène d’un point de vue qualitatif et pécunier, mais si charmeuse. En un mot unique !

In vino veritas

3 Comments

Leave a Reply

Question de sécurité: * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.