Fin de saison (bis)

By 19 mai 2007Non classé

Alors que la ligue n’arrête pas de nous faire jouer des matches pour du beurre, ce dernier match (cette fois-ci c’est sûr !) est l’occasion rêvée de faire une nouvelle Afterping de belle facture chez un Seb des plus accueillants. Au programme : Tokay Pinot Gris 2003, Domaine Edmond Rentz ; Château Pique-Perlou « La Sellerie » 2000, Minervois ; Château Lynch-Moussas 1999, 5è Cru Classé de Pauillac.



Je me suis levé au pas de charge ce matin pour vous relater notre Afterping très réussie d’hier soir. Et malgré la relative inutilité de ces derniers matches de classement, nous sommes toujours très heureux de nous retrouver après le match derrière de belles bouteilles. Cette fois-ci, de surcroît, l’équipe alignée contre Guebwiller fut des plus inédites, car entre l’indisponibilité des uns et la complète démotivation des autres, nous avons eu le privilège de faire jouer entre autres notre nouveau poulain Michel ! Le résultat du match est ce qu’il est, nous sommes contents d’avoir pu pour la dernière fois cette saison en championnat faire étinceler notre ping des grands soirs. Vivement la saison prochaine, le challenge s’annonce très intéressant…

Revenons cependant sur le plus important, l’Afterping d’hier soir. Alors que nous regagnons Mulhouse en compagnie de la magnifique Mercedes Classe E320 CDI d’Elie, Seb et moi organisons petit à petit une conviviale Crêpes Party. Arrivés à bon port, il est temps pour nous tous de prendre l’Apéro. Et cette fois-ci, nous sommes bien nombreux, ce qui rendra cette soirée des plus agréables. Nous commençons donc avec un Tokay Pinot Gris 2003 du Domaine Edmond Rentz, toujours bien représenté lors de nos soirées. Allez savoir pourquoi… Immédiatement, ce vin apparaît très ouvert sur le fruit. La robe est bien dorée, le jambage est épais. Le nez exhale des arômes de pêche, de poire, il se donne complètement dès la première gorgée, avec une belle densité en bouche et une finale moyennement longue. Par contre, le tout se métamorphose curieusement et après 10-15 minutes et tous les mauvais côtés du vin ressortent : une acidité très forte et une certaine amertume, le vin est totalement deséquilibré. Les effets de ce millésime 2003 décidément dur pour ces vins de soif tous simples ? Je pense que oui. C’est vraiment dommage ! Donc un conseil, ne faites pas confiance aux vins de cépage basiques sur ce millésime qui aura été si cruel pour tous les vins ne bénéficiant pas d’un terroir « salvateur ». IVV : 81/100

Château Pique-Perlou, La Sellerie, Minervois, LanguedocAlors que la Crêpes Party se déroule dans une atmosphère décontractée, sur traditionnel fond de Championnats du Monde de Ping, le vin suivant pour suit son oxygénation dans une carafe surmontée une boule à la forme des plus équivoques… Il s’agit du Minervois, Château Pique-Perlou « La Sellerie » 2000, déjà très apprécié dans un autre millésime lors d’une précédente Afterping (voir ici). Il sera servi avec un plateau de fromages très fourni avec entre autres vieille Mimolette et Tommette de Savoie. Et même s’il n’est pas le meilleur accompagnement pour ces fromages, il se montre déjà très beau dans le verre, avec une couleur prune foncée très attirante et des larmes grasses et épaisses (taux d’alcool : 14,5%). Le nez est complexe : tout d’abord pruneau, réglisse, églantine, peut-être une pointe de chocolat noir, évoluant petit à petit vers des notes secondaires faisandées, de Viandox, de viande séchée avec une touche d’épices. La bouche se révèle charnue, puissante, moins sucrée que son cadet d’un an, mais tout aussi gourmande et souple. On trouve ici des arômes de petits fruits rouges acidulés, le pruneau initialement très présent évoluant vers ces notes plus faisandées. Les millésimes 1999 et 2000 de cette « Sellerie » sont donc à servir sur des plats différents, mais ce vin fait partie des très grands vins du Languedoc. IVV : 89-90/100.

La soirée continue avec un duo Michel – Elie décidément très éveillé, à l’inverse de notre pauvre Président Emile au bord de l’endormissement ! Le contraste est saisissant, d’ailleurs Michel est déjà prêt pour une autre bouteille. Seb nous fera goûter juste un verre de Château Lynch-Moussas 1999, 5è Cru Classé de Pauillac. Il a été ouvert la veille, mais conserve toutes ses qualités. Il est difficile de le déguster après un vin précédent aussi musclé, mais après tout c’est un Pauillac ! Et bien figurez-vous qu’il se montre très rond, dans la fleur de l’âge, avec une note irrésistible de bonbon anglais. Le tout est soutenu par une charpente bien pauillacaise, aux notes de terre, de fruits mûrs et légèrement boisées. C’est bien fait, c’est équilibré et étonnament charmeur pour ce Pauillac qui fait figure d’agneau à côté du Languedoc précédent. IVV : 89/100.

Alors que Yannick, décidément dégoûté de n’avoir pris que des raclées à l’Allemande contre moi cette année, est une fois de plus absent et ne sait plus quelle excuse trouver, nous décidons de faire vibrer sa nuit de quelques photos et autres SMS. Après celà, il est malheureusement temps de reprendre la route et de profiter d’un repos bien mérité. Dans tous les cas, merci Seb pour cette Afterping très réussie, très conviviale, qui en demande bien d’autres. Malgré la fin de saison, nous trouverons bien d’autres prétextes pour se réunir autour de belles bouteilles…

In vino veritas
Thomas

Leave a Reply

Question de sécurité: * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.