Pour les Rois du Vin (1)

By 16 octobre 2007Non classé

Coop Weinmesse, Foire aux vins Coop, Château Lafite-Rothschild, Premier Grand Cru Classé, 1er Grand Cru Classé, PauillacCe week-end a été l’occasion pour moi et plusieurs de mes proches de vivre une Foire aux vins pas comme les autres. Le compte-rendu de cet évènement exceptionnel est si riche que je me dois de le séparer en plusieurs parties. Et je peux dire qu’au vu de ce moment privilégié de dégustation, je ne suis pas prêt de remettre les pieds dans les grandes surfaces françaises pour y acheter du vin… Plantons tout d’abord le décor et concentrons-nous dans un premier temps sur les vins blancs, avec en point d’orgue un magnifique Château Larrivet Haut-Brion 2002, Pessac-Léognan blanc.


Dans ma région des Trois Frontières, nous avons le privilège de nous trouver aux confins de la Suisse et de l’Allemagne. Croisement d’histoires, d’art de vivre et de cultures, autant de différences qui se sont une fois de plus ressenties lors de cette Foire aux vins organisée à Bâle par la chaîne de Grande Distribution suisse Coop entre le 5 et le 14 octobre. En effet, présentons tout d’abord le décor dans lequel cette Foire aux vins a eue lieu : le Restaurant Zum Schützenhaus est un des hauts lieux de l’histoire et de la gastronomie bâloises. Construit au XVème siècle, ce monument est une pièce d’histoire à lui seul, avec un style Renaissance riche en trompe-l’oeil et des vitraux d’époque qui en font un cadre pittoresque pour une dégustation. Quoi de plus beau pour y accueillir ses meilleurs clients et leur faire découvrir et goûter la quasi-intégralité de l’assortiment ?

Schützenhaus, zum Schützenhaus, Coop Weinmesse, Weinmesse, Basel, Bâle, Suisse

Effectivement, cette Foire aux vins a été l’occasion de déguster tous les vins avant un achat éventuel. Les grandes régions viticoles du Monde furent représentées et les vins d’une région regroupés sur un présentoir derrière lequel une personne passionnée par ses vins donnait l’occasion au client de se faire sa propre opinion. Les commentaires furent toujours complets et précis, et les vins qui avait fait l’objet d’une sélection préalable étaient souvent de brillants représentants du travail accompli par quelques uns des meilleurs vignerons/vinificateurs du Monde. Par la suite, aucune incitation à la vente, je dirais seulement une invitation à remplir un bon de souscription pour chaque vin sélectionné par le client.

Devant cette grande occasion de pouvoir toucher à tous les vins du Monde, je me suis rendu plusieurs fois Zum Schützenhaus afin de ne pas rater une miette de cette grande et belle Foire aux vins. D’autant plus que l’organisateur de cet évènement est un ami d’enfance de mon père… Jean-Claude Ruetsch est un grand passionné, à la fois placide et énergique quand il s’agit d’aborder le vaste champ de discussion du Vin. Je tiens d’ailleurs tout simplement à le remercier de m’avoir judicieusement orienté pour la difficile sélection des vins à déguster. Car devant un assortiment d’une telle qualité, il fallait bien choisir ! Commençons donc par mes notes sur les vins blancs. En tout, quatre stands dans une petite salle du rez-de-chaussée, avec un accent tout particulier sur les vins blancs suisses, de très bonne facture et malheureusement trop peu connus.

  • Féchy Grand Cru 2005, Domaine du Martheray. Robe claire et limpide aux reflets rosés. Frais et friand au nez, avec de l’herbe fraîche, des fruits blancs. L’attaque en bouche est fine mais ferme, le tout est rafraîchissant grâce à une belle acidité. La finale est moyennement longue. Un vin de soif 100% Chasselas. IVV : 84/100.
  • Aigle « Les Murailles » 2006, Henri Badoux. Un vin célèbre de par son nom et son étiquette. La robe est claire et brillante. Le nez est d’emblée plus expressif que le vin précédent, avec une touche florale et exotique. La maturité du Chasselas est optimale. Le vin est droit et précis en bouche, avec une trame aromatique en devenir. Il se démarque aussi par sa finesse et son élégance. La finale est persistante et s’exprime toute en longueur. De la dentelle. IVV : 88/100.
  • Amigne de Vétroz 2006, Jean-René Germanier. La robe est claire aux reflets brillants. On aperçoit plus de gras sur le disque. Le nez dévoile un bouquet mûr sur le fruit blanc, la pêche, la mandarine, et la fleur. Ce vin demi-sec se caractérise par sa belle maturité en bouche (melon, pêche blanche) et une puissance toute relative au palais, qui annonce une garde de 2-4 ans. La finale est d’une grande persistance avec une grande longueur. Très réussi. IVV : 90-91/100.
  • Muscat du Valais « Hurlevent » 2006, Les Fils de Charles Favre. D’emblée, les arômes du Muscat envahissent le nez du dégustateur. Le fruit blanc, le raisin blanc croquant sont très flatteurs. L’attaque est droite, mais le fruit est beaucoup moins expressif en bouche. L’acidité est dominante, et malgré une fin de bouche onctueuse, le tout est pénalisé par ce deséquilibre fruit/acidité. Un Muscat qui demande à vieillir ? A revoir dans un an. IVV : 84/100.
  • Château Larrivet Haut-Brion 2002, Pessac-Léognan blanc. Doré aux reflets verts, sa couleur rappelle une infusion au tilleul. Le disque est épais. Le nez est surprenant, avec d’emblée des arômes de tabac et de fumée, le boisé est fin. Le melon vient compléter ce nez de grande classe. Très pénétrant, il se montre très dévergondé et présent au palais, avec toujours ce boisé vanillé sous-jacent et son extrême finesse. L’acidité est certes mesurée mais confère un bel équilibre. La finale est longue, avec cette touche de fumée. Un grand vin à boire sans plus attendre, car il ne gagnera pas à être conservé : le Vin de la Soirée ! IVV : 92/100. Le Meursault Premier Cru Les Charmes-Dessus 2004 d’Antonin Guyon ne peut rivaliser avec la complexité et la persistance aromatique du Pessac, malgré une belle touche de fraise en fin de bouche.
  • Sauvignon Blanc « Kaapzicht » 2007, Stellenbosch. Alors que les deux Chardonnay argentin et américain se montrent alcooleux et manquent de fraîcheur et de finesse, il convient pour finir de mettre l’accent sur cette excellente affaire. Ce vin sans prétention est d’une fraîcheur extrême, avec une belle présence mentholée au nez. Le tout est friand et très aromatique, sur le fruit (ananas, pêche blanche) plutôt que sur l’acidité. Très surprenant ! Une affaire remarquable. IVV : 87/100.

Voici une sélection de vins blancs accessibles et au rapport qualité/prix très intéressant. Je vous prépare pour demain ma sélection de vins rouges étrangers, qui rassemblera des grands noms mais aussi des affaires immanquables. Visiblement, la Foire aux vins Coop est un évènement à ne plus manquer. Vivement l’année prochaine !

In vino veritas
Thomas

Leave a Reply

Question de sécurité: * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.