Les vins de la semaine

By 31 juillet 2010Non classé

Au cours de cette semaine où l’été s’est mis entre parenthèses, nous avons profité avec mon frère et la famille pour ouvrir quelques belles bouteilles : Volnay 2005, Domaine Jean-Marc Bouley ; Condrieu « les Chaillets » 2007, Domaine Yves Cuilleron ; Gewürztraminer Altenbourg Vendanges Tardives 1999, Domaine Weinbach.


L’été et ses chaleurs ne sont en général pas très propices à la dégustation, pour preuve ma virée du 14 juillet en Bourgogne annulée au dernier moment ou encore ma récente descente chez Jean-Michel Deiss au cours de laquelle les vins sont moins vifs et frais que d’ordinaire. C’est pourquoi j’ai profité de températures plus clémentes cette semaine pour déguster quelques belles bouteilles.

Tout d’abord nous nous retrouvons avec mon frère, Cindy et Yannick en début de semaine pour accompagner des penne rigate à la provençale avec un Volnay 2005 du Domaine Jean-Marc Bouley que je voulais ouvrir depuis longtemps. Alors certes ce n’est peut être pas l’accord idéal, mais j’ai désiré un vin accessible tout de suite et sans concessions. Je dois dire que ce vin a plu, surtout de par son caractère trempé, sur des notes typiques de fruits rouges très mûrs et une trame d’arômes secondaires classiques pour un vin de ce pedigree. La maturité du millésime 2005 est décelable au premier abord (couleur rubis sombre, fruit mûr) et peut tromper quant à la provenance de ce Pinot Noir qui reste néanmoins rustique dans sa composition. Dans tous les cas, il est en pleine maturité mais peut vieillir encore un petit peu.

Le jour suivant nous continuons notre escapade gastronomique avec mon petit frère par un déplacement toujours apprécié chez l’oncle Christian. Et comme d’habitude nous sommes toujours reçus comme des chefs par Odile et Christian. Nous nous installons sur la terrasse, fait rare en cette saison d’été bien morose, et attendons mon frère avec un délicieux Floc de Gascogne et des petites pizzas. La faim commence à se faire sentir et les goinfres que nous sommes ne tardent pas à attaquer les excellentes tagliatelles au saumon préparées pour l’occasion. Et quoi de mieux qu’un Condrieu « les Chaillets » 2007 du Domaine Yves Cuilleron pour sublimer ce plat de poisson en sauce blanche. Un vin rond, complexe et riche qui est d’ores et déjà à son zénith. Yves Cuilleron fait partie des meilleurs producteurs de Condrieu : son travail en harmonie avec la nature (culture raisonnée) et des rendements limités (18000 bouteilles de cette cuvée « Les Chaillets » dans ce millésime) se ressentent dans le verre avec une palette d’arômes complexe de fleurs blanches, de raisin frais, de melon puis d’épices et une trame minérale fraîche. Cette fraîcheur procure une belle tension et une superbe harmonie avec un gras velouté. La finale est elle aussi longue et persistante. C’est assurément un vin de très haut niveau. D’ailleurs j’ai pu le constater une fois de plus en finissant la bouteille avec un ami une semaine plus tard ! Pas un soupçon d’oxydation mais toujours cette complexité avec des notes de fleurs qui m’ont fait pensé à un Muscat. Franchement, j’ai été bluffé c’est pourquoi c’est un vin que je vous recommande vivement, même à ce prix-là (environ 37€ la bouteille).

Et comme si une atmosphère de fête s’emparait de la terrasse, Christian nous fait un dernier plaisir en ouvrant une autre bouteille prestigieuse en accompagnement d’une tarte aux abricots. Le Gewürztraminer Altenbourg Vendanges Tardives 1999 du Domaine Weinbach annonce une pointure. D’aspect jaune pâle aux reflets brillants, il exhale des notes fruitées d’abricot cuit et de tarte aux pommes caramélisée. C’est un vin moelleux, plutôt souple à la liqueur légère, avec une évolution sur des arômes de thé vert et de cardamome. Néanmoins je ne fus pas vraiment conquis car il se montre légèrement amer et dilué en fin de bouche, peut-être commence-t-il à faire son âge !? D’ailleurs il semble que Christian rejoigne mon avis lors de notre discussion. Je n’ai pas dit que ce vin était mauvais mais je m’attendais tout simplement à mieux pour une bouteille aussi prestigieuse.

A propos de bouteilles prestigieuses nous procédons à un échange attendu depuis longtemps, à savoir la remise des primeurs 2007 de Deiss contre quelques merveilles signées Krug. Mais au vu du potentiel de garde de ces vins, je me dis qu’il nous reste quelques belles émotions d’amateurs à vivre. En tous cas, je tenais une fois de plus à remercier Odile et Christian pour leur accueil 4 étoiles et espère vous revoir très bientôt pour de nouvelles dégustations !

In vino veritas